• « Rise and fly » : Le projet qui inquiète

Un projet de mise aux enchères des places disponibles sur les vols AF, nom de code « rise and fly », provoque une vive inquiétude chez les salariés d’Air France. La CFDT a demandé que le business case de ce projet soit présenté aux organisations syndicales représentatives.

A ce stade, plusieurs questions restent en suspens : quelles sont les espérances de recettes attendues ? Quelle est la clientèle visée ? Sur quel réseau (CC, MC ou LC) sera-t-il mis en œuvre ? Quels impacts sur l’exploitation ? Quel sera le canal de distribution ? Quels impacts sur les R1 ? sur les R2 ? Quand débute la phase de test ? …

Les premières informations dont nous disposons semblent indiquer que le projet n’impacterait pas les R1. En effet, les enchères débuteraient à J-7 et les billets seraient confirmés à H-12.

S’il est légitime que la Compagnie essaie d’améliorer sa recette et ses coefficients de remplissage, la CFDT demande néanmoins à la Direction Générale de :

1/ vérifier que les projets, même quand ils sont « tendance », soient réellement efficaces.
2/ peser les impacts sociaux des projets marketings avant de les valider.

Enfin, au-delà du projet « rise and fly », la CFDT demande depuis longtemps, via l’InterGP, plus de transparence, sur la disponibilité des R1 notamment.
Cette Entreprise a longtemps fait des GP un argument d’embauche, elle ne peut donc évacuer ce sujet d’un revers de main alors même que le mécontentement des personnels augmente.

 

JV transatlantique, entrée de Delta et China Eastern au capital d’AFKL: Entre soulagement et interrogations

La nouvelle est tombée cet été : Delta et China Eastern prennent chacun 10% des parts dans le capital d’AFKL, via une augmentation de capital, et AFKL prend 31% des parts dans le capital de Virgin. Par ailleurs, la JV transatlantique, notre principale « machine à cash » est élargie à Virgin.
A court terme, la CFDT l’a dit au CCE de juillet, cette opération est bénéfique pour le groupe. Elle renforce l’alliance Skyteam, elle est cohérente en termes de réseaux commerciaux, elle prémunit AFKL d’une OPA hostile et lui permet de solder une dette très couteuse.
Si AFKL en avait eu les moyens financiers, une opération de prise de capitaux croisées aurait été une meilleure option. Dont acte. Pour autant, la CFDT s’interroge sur les ambitions, à moyen terme de Delta, qui sort grand gagnant de cette opération et qui ne cache pas ses ambitions de « concentrateur » sur le marché du transport aérien. Le groupe AFKL saura-t-il résister à ce géant du ciel et conserver son indépendance ? Telle est la question, et elle n’est pas anodine… Par ailleurs, la CFDT demande qu’une opération d’actionnariat attractive soit également proposée aux personnels du groupe. #Motivation

 

  • Ordonnances gouvernementales : quels impacts sur le dialogue social à AirFrance?

Les ordonnances gouvernementales vont modifier en profondeur les instances représentatives du personnel. Exit les DP, CE et CHSCT. Ces instances seront remplacées par un Comité Social et Economique (CSE) qui cumulera toutes les prérogatives. Dès les prochaines élections professionnelles, en mars 2019, c’est donc pour l’élection de CSE que les salariés AF seront appelés à voter.

La CFDT n’était pas opposée à une dose de simplification des instances représentatives dans le cadre d’une modernisation du dialogue social. Mais la copie présentée, visiblement influencée par les organisations patronales, ne saurait satisfaire la CFDT. Décevantes, voire dangereuses, ces ordonnances ne répondent pas aux problèmes posés et sont de surcroit très déséquilibrées pour les entreprises de moins de 20 salariés.

A Air France, la nécessité d’une rénovation du dialogue social ne fait aucun doute, reste à savoir si tous les acteurs y sont prêts, Direction comprise.
La CFDT demande l’ouverture rapide de discussions en vue d’une négociation d’Entreprise. Préserver la proximité avec les salariés, garantir aux élus les moyens d’assurer efficacement leur mission, ne rien céder à l’impératif de santé/sécurité au travail… Tels sont les enjeux. #DialogueSocial

 

L’accord QVT : améliorer concrètement la vie des salariés

Dans le cadre de l’accord QVT, dont la CFDT est signataire, les salariés ont déjà pu bénéficier, entre autre, de l’aide à la garde d’enfants d’urgence, qui concerne les familles monoparentales ayant des enfants jusqu’à 13 ans.
Le retour des utilisateurs étant positif, la CFDT demande que soit étendue l’assiette des bénéficiaires, afin que ce service profite au plus grand nombre de parents.

Un deuxième dispositif très attendu, prévu dans l’accord QVT,  est mis en place à compter du 15 septembre, en faveur des aidants familiaux. Ce dispositif propose des solutions concrètes d’accompagnement : informations, aide au domicile, bilans et conseils…
L’Entreprise prend en charge l’offre de plateforme d’écoute et d’orientation/conseil, offre qui vient en complément de l’action des assistantes sociales d’Air France.
Ce service supplémentaire d’aide aux salariés ayant des proches en situation de dépendance, devrait faciliter leurs démarches, et permettre de trouver des solutions rapides à des situations souvent complexes.

L’accord QVT, n’est pas un accord mineur. Parce que la qualité de vie au travail passe par un juste équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, la CFDT agit concrètement pour améliorer le quotidien des salariés.  #santéSécuritéAuTravail

Le Bureau Syndical CFDT