Groupe Air France KLM en danger de mort.
La crise sanitaire et ses répercussions sur l’ensemble de l’activité économique mondiale frappe durement les compagnies aériennes.
La survie de nombres d’entre elles à travers le monde est menacée. Celle du groupe Air France KLM dépendra des décisions publiques.
La CFDT groupe Air France rappelle qu’une compagnie française de l’envergure d’Air France est un outil stratégique au service de notre économie, induit des dizaines de milliers d’emplois directs ou indirects et pèse dans la richesse nationale.
La CFDT demande au gouvernement français d’assumer les responsabilités de premier actionnaire du groupe et de peser de tout son poids sur les dispositifs qui permettraient à Air France de traverser cette crise et d’en sortir renforcée.
La CFDT groupe Air France demande à l’État français d’augmenter sa garantie sur les emprunts à hauteur de 90%.
La CFDT groupe Air France demande aux États français et néerlandais de mettre en place un dispositif d’augmentation de capital. Ce dispositif pourrait être ouvert aux salariés du groupe. Il permettrait d’envisager la reprise dans de bonnes conditions sans être la proie de prédateurs financiers à l’affût, et stabiliserait la gouvernance du groupe.
Les États français et néerlandais ont d’ores et déjà indiqué que les aides seront accordées sous conditions d’une transformation en profondeur de notre modèle économique, organisationnel, social et sociétal.
Le groupe Air France-KLM doit certes aller plus loin dans son engagement à contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. Il lui faut trouver des solutions qui répondent aux impératifs de développement durable que la société et l’urgence climatique exige.
Pour la CFDT Groupe Air France ces solutions ne peuvent se résumer à des propositions simplistes, formulées de bonne foi, mais qui méconnaissent la réalité de notre activité. Elles devront répondre à l’aménagement du territoire, tout en tenant compte des capacités des infrastructures existantes en termes de transport intermodal, des capacités d’innovations de l’industrie aéronautique, des capacités de production de carburant de substitution moins carbonés, tout en évitant des taxations qui se limiteraient au seul transport aérien français ou européen.
Par ailleurs, si le transport aérien doit évoluer, il ne sera pas possible de ne pas réinterroger les politiques publiques qui ont encouragé et favorisé le développement du modèle low-cost.
La CFDT groupe Air France considère que le dialogue social et la négociation doivent prévaloir dans les scénarii de reprise d’activité. Cela permettra à notre groupe de reprendre son activité dans les meilleures conditions sanitaire possible pour ses clients et ses salariés.
La CFDT groupe Air France salue et félicite l’ensemble des salariés du groupe Air France-KLM qui oeuvrent au quotidien dans des conditions difficiles pour assurer le rapatriement de nos concitoyens et acheminer le matériel sanitaire destiné à la lutte contre le Covid-19.