Lettre de l’Administrateur Air France-KLM
François Robardet Représentant des salariés actionnaires PS et PNC

20 novembre 2017

> Air France : le Quai d’Orsay demande des explications à l’Argentine

(source Europe1) 14 novembre – La France a demandé mardi des « explications » aux autorités argentines sur les conditions de détention d’un équipage d’Air France à Buenos Aires, qualifiée de « calvaire » par un syndicat, à la suite de la plainte d’une passagère, par ailleurs fille d’un ancien ministre argentin. Les faits, qui ont suscité l' »indignation » du président d’Air France-KLM Jean-Marc Janaillac, se sont produits le 30 octobre dernier, à l’issue d’un vol à destination de Buenos Aires.

(…) Selon le syndicat des hôtesses et stewards, la police argentine a interpellé une partie de l’équipage, qui a été ensuite retenu pendant six heures au commissariat de l’aéroport, à la suite d’une plainte d’une passagère. Lors de ce vol, une passagère a dans un premier temps demandé un surclassement en classe ‘business’, ce qui lui aurait été refusé pour cause de cabine complète », explique-t-il. « Par la suite, cette passagère a de nouveau demandé un changement de siège au motif, cette fois-ci, d’une attitude déplacée de son voisin », ce qui lui aurait été accordé.

Les membres d’équipage ont été convoqués le lendemain matin au tribunal de Buenos Aires pour y être interrogés. Le chef de cabine principal (…) n’a été interrogé que le soir par un juge et un ancien vice-ministre argentin de la justice, père de la plaignante, avant d’être relâché sans excuse ni explication, ajoute le syndicat, selon lequel les autres membres de l’équipage retenus ont été entendus tout l’après-midi et jusqu’en soirée.

Le ministère des Affaires étrangères confirme que « les membres de l’équipage ont été retenus par la police argentine durant sept heures » le 30 octobre, « puis le lendemain pendant près de onze heures par la justice ». « La France déplore cet incident sur lequel toute la lumière doit être faite. Elle demande aux autorités argentines des explications sur les conditions dans lesquelles l’équipage a été retenu« , ajoute-t-on au ministère.

De son côté, le ministère argentin des Affaires étrangères a dit mardi effectuer des vérifications avec le ministère de la Sécurité pour comprendre « ce qu’il s’est passé avec la police de l’aéroport et les autres ». « S’ils ont outrepassé leurs droits, leurs supérieurs décideront ce qu’il convient de faire », a précisé une porte-parole. « Tout ce que nous avons est la lettre que le syndicat a envoyée hier à notre ambassade. »

Mon commentaire : Il est inconcevable que pour une banale histoire de changement de siège tout ou partie d’un équipage se trouvent retenu par la police après l’atterrissage, puis par la justice, le lendemain. C’est un incident exceptionnel et scandaleux. Je me tiendrai informé au plus près des suites de cette affaire et veillerai à ce qu’elle soit traitée rapidement. J’exprime ma solidarité aux 14 membres d’équipage qui ont dû être rapatriés.

> Dubai Airshow 2017 : AFI KLM E&M engrange aussi les contrats

(source Air et Cosmos) 14 novembre – L’édition 2017 du Dubai Airshow est riche en contrats pour AFI KLM E&M, acteur mondial de la MRO. En quelques jours, AFI KLM E&M a (…) engrangé pour 1 Md$ de contrats au Dubai Airshow. Air Arabia lui a ainsi confié la maintenance complète à long terme des moteurs de sa flotte d’Airbus A320. Le contrat couvre l’ensemble des besoins d’Air Arabia pour les CFM56-5B qui équipent ses 50 A320 et les autres à venir, depuis les visites en atelier jusqu’aux interventions sous l’aile, en passant par la fourniture des pièces de rechange. Le suivi des CFM56-5B en temps réel sera assuré par la solution de maintenance prédictive Prognos développée par le MRO Lab d’AFI KLM E&M qui fournit déjà du support avion à Air Arabia via sa filiale marocaine Aerotechnic Industries.

De son côté, Kuwait Airways a confié la maintenance de sa flotte de moteurs General Electric GE90-115B propulsant ses dix Boeing 777-300ER au titre d’un accord de soutien à l’heure de vol couvrant la gestion des déposes, la réalisation des visites d’ateliers et un support logistique AOG. C’est Epcor, filiale d’AFI KLM E&M, qui assurera la maintenance des générateurs auxiliaires de puissance (APU) des Boeing 787-9 que va réceptionner Gulf Air. Un contrat de longue durée et accompagné d’une garantie couvrant le remplacement des APU.

Enfin, Saudia Aerospace Engineering Industries, société soeur de Saudi Airlines, a confié à AFI KLM E&M le support complet des équipements des 21 Boeing 787-9 qu’exploitera à terme la compagnie aérienne : entretien et réparation des équipements avec les services logistiques associés, comme l’accès aux pools de pièces de rechange d’AFI KLM E&M en Europe, en Asie et aux Amériques.

Mon commentaire : Mois après mois, Air France Industries KLM Engineering & Maintenance signe de nouveaux contrats. Elle pérénise son activité pour les prochaines années tout en contribuant aux bons résultats du Groupe.

> Air France dévoile son nouveau concept d’agence

(source L’Echo touristique) 15 novembre – Les acteurs de la distribution ne sont pas les seuls à rénover leurs points de vente ! Air France vient d’inaugurer son nouveau concept, dans la ville de Nantes.

Nouveau design, réorganisation des espaces et digitalisation : son agence nouvelle génération place le client au cœur d’une expérience immersive dans l’univers de la compagnie, assure la compagnie dans un communiqué.

L’agence rénovée dispose d’un espace de vente en face-à-face, mais aussi d’un autre en alcôve modulable. Des produits dérivés, comme des accessoires allant des valises aux protège-passeports, sont proposés dans cette boutique. A noter aussi qu’une collection Air France Shopping est mise en scène dans la vitrine. Enfin, des contenus du guide de voyage digital de la compagnie sont diffusés sur des écrans muraux.

Le digital s’invite naturellement dans le parcours client : les cabines de voyage et les destinations sont à découvrir en réalité virtuelle, et des tablettes sont en libre-service. Avant de se déplacer sur place, les voyageurs peuvent prendre rendez-vous avec un conseiller via une application dédiée.

Le nouveau concept sera progressivement adopté par les autres agences du groupe aérien, à commencer par celles de Bordeaux, Toulouse, Nice, Lille, Lyon, Strasbourg.

Le réseau interne de distribution de la compagnie avait été restructuré avec le développement des ventes en ligne. Mais son actuel programme de rénovation montre que le groupe investit toujours dans le canal physique. Le projet a été piloté par les équipes des agences, avec la collaboration du cabinet de conseils Brandimage

Mon commentaire : Air France se tourne vers l’avenir avec un nouveau concept d’agence qui exploite les possibilités offertes par le digital. Le client peut par exemple visualiser sa future destination en réalité virtuelle.

Quelques améliorations seront apportées avant l’ouverture d’autres agences. Mais en l’état actuel, les premiers retours des clients et des salariés de l’agence de Nantes s’avèrent positifs.

> Qui sont les premiers partenaires de Joon ?

(source L’Echo touristique) 14 novembre – A l’aube de son lancement le 1er décembre, la petite sœur d’Air France a déjà scellé quatre alliances commerciales qui incarnent son positionnement « djeuns ».

Joon martèle à qui veut l’entendre : les Millennials représentent son cœur de cible. Et pour atteindre ce public, la compagnie compte notamment sur ses (jeunes) partenaires. En témoigne la récente newsletter d’Air France (…) qui promettait un vol gratuit… ou presque, sur la compagnie qui effectue son vol inaugural de CDG le 1er décembre.

Du 8 novembre au 20 novembre, TravelCar garantit jusqu’à 60 euros de remboursement d’un billet d’avion (démarrant à 49 euros l’AS) si le client réserve un parking gratuit à l’aéroport entre le 1er décembre 2017 et le 30 novembre 2018. Comprenez s’il est disposé à prêter sa voiture à un autre voyageur. « Avec Joon, TravelCar vous permet de vous envoler à partir de 0€ », promet la compagnie. Du moins l’aller simple.

L’offre s’applique aux 10 000 premiers utilisateurs. « Cette campagne promotionnelle, lancée sur l’Ile-de-France, pourrait être reconduite et devenir un fil rouge (de communication), selon les résultats obtenus », explique Elodie Picand, directrice des partenariats de TravelCar, qui travaille aussi avec Aigle Azur, Transavia, Odigeo et Qatar Airways. « Joon veut devenir un vrai assistant personnel, en allant au-delà du vol. C’est la raison pour laquelle nous comptons parmi ses quatre premiers partenaires. »

Qui sont les trois autres ? Airbnb Experiences est proposé « pour des visites guidées par des locaux passionnés », est-il promis, n’en déplaisent aux hôteliers parisiens. BHV Marais est pour sa part suggéré aux passagers pour des formules shopping et découverte de Paris. Enfin, le dernier partenaire est Waynabox, un spécialiste des destinations surprises. (…)

Dès le 1er décembre, Joon décollera de CDG vers Barcelone, Berlin, Porto et Lisbonne. (…)

Mon commentaire : A quelques jours de son premier vol, Joon multiplie les annonces destinées à séduire les jeunes de moins de 35 ans, son coeur de cible initial. Les partenariats vont dans ce sens. 

> Un poids lourd du transport aérien déboule au capital d’Aigle Azur

(source La Tribune) 18 novembre – Changement capitalistique d’envergure au sein de la compagnie française Aigle Azur. Selon nos informations, le groupe Weaving, anciennement Gofast, qui avait racheté Aigle Azur en 2001, a cédé sa participation de 30% qu’il détenait encore dans le capital de la compagnie à David Neeleman, une figure du transport aérien mondial. (…)

Cet entrepreneur (…) est le fondateur (…) de Westjet, une low-cost canadienne partenaire d’Air France sur le Canada (…)

David Neeleman sera donc le plus gros actionnaire d’Aigle Azur après le groupe chinois HNA (48%) et l’entreprise française Lu Azur, qui avait acheté 20% du capital de Weawing en 2016. (…) Sur le papier en tout cas, Aigle Azur appartient à des actionnaires aux moyens colossaux.  (…)

Ce changement d’actionnaires intervient alors qu’un nouveau PDG, Franz Yvelin, fondateur de L’Avion et de La Compagnie, a pris les commandes cet été et prépare un nouveau plan stratégique pour relancer une compagnie qui sera « légèrement » en pertes cette année (…).

Ce plan passe notamment par le développement d’une activité long-courrier (…). La compagnie française lorgnerait des Airbus A330-200 de feu Air Berlin, aujourd’hui dans les mains de leurs propriétaires, des sociétés de leasing. (…)

L’arrivée de David Neeleman intervient alors qu’Aigle Azur a annoncé ce mardi un rapprochement avec Corsair (qui cherche un actionnaire) (…).

L’agence d’Aigle Azur située (…) à Paris accueillera très prochainement un corner Corsair afin d’assurer la vente des vols de cette dernière. (…)

Mon commentaire : Aigle Azur (moyen courrier) et Corsair (long courrier) sont deux petites compagnies qui peinent à atteindre masse critique et rentabilité, alors que la plupart des compagnies aériennes sont bénéficiaires ces deux dernières années. On remarquera que David Neeleman est entre autres le fondateur de la compagnie canadienne Westjet et de JetBlue, deuxième compagnie low cost américaine et que l’actionnaire principal d’Aigle Azur est HNA, engagé dans le rachat de Servair.

> Easyjet accélère encore en France face à Air France

(source La Tribune) 16 novembre – (…) Après avoir annoncé récemment l’ouverture d’une nouvelle base française à Bordeaux l’an prochain avec trois appareils, la compagnie à bas coûts britannique va également augmenter ses capacités au départ de sa base de Nice en y ajoutant au cours de l’été 2018 un cinquième A320.

L’appareil va permettre d’ouvrir 4 nouvelles lignes au départ de l’aéroport de Nice Côte d’Azur et de dépasser l’an prochain le seuil des 4 millions de passagers transportés. D’autres ouvertures de lignes sont prévues l’an prochain. Elles seront annoncées en décembre. Pour rappel en 2016 et 2017, easyJet a ouvert respectivement 30 et 17 nouvelles routes.

Ces nouvelles lignes permettront à easyJet d’augmenter ses capacités au départ de France de 7% en 2018 par rapport à 2017. Au total, la compagnie low cost proposera 22 millions de sièges.

« La France est un marché prioritaire pour nous. Notre développement est très fort, notamment en province où les besoins de connectivité sont très forts », a déclaré à La Tribune, François Bacchetta, le directeur France et Benelux de la compagnie britannique.

Ce dernier fait état d’un retour à la normale du trafic en direction de la France, après la baisse du trafic qui avait suivi les attentats de 2015 et 2016

Mon commentaire : Les parts de marché des compagnies low-cost en France sont depuis toujours inférieures à ce qu’elles sont dans la plupart des pays européens. Les dernières annonces d’easyJet, de Vueling voire de Ryanair font craindre que cet écart soit comblé. Au sein du groupe Air France-KLM, seule Transavia est en mesure de les concurrencer.

> Airbus décroche la plus grosse commande de son histoire

(source Le Figaro) 15 novembre – C’est une journée historique pour Airbus. Le groupe annonce ce mercredi avoir vendu 430 avions de la famille A320 à Indigo Partners, une société d’investissement spécialisée dans la location d’avions à des sociétés à bas coût, fondée par l’américain Bill Franke, l’une des figures les plus influentes du monde aérien. Au prix catalogue, ce contrat préliminaire représente 49,5 milliards de dollars. Il s’agit de l’un des plus importants en volume jamais annoncé dans le secteur, et le plus important nombre d’appareils vendus en une fois signée par Airbus.

(…) Les avions commandés sont destinés à quatre compagnies aériennes dans lesquelles Indigo Partners possède des participations: 134 appareils seront alloués à la compagnie Américaine Frontier Airlines, 70 à la Chilienne JetSMART, 80 à la Mexicaine Volaris et 146 à la Hongroise Wizz Air. (…)

Cette commande historique porte à plus de 13.700 le total de commandes reçues par l’A320 depuis son entrée en service en 1988, ce qui en fait l’un des avions les plus vendus de l’histoire de l’aviation. De son côté, l’A320neo devrait dépasser les 5500 appareils commandés depuis son lancement en 2010.  (…)

(…) En face, Boeing a également finalisé la commande de vingt 737 MAX 8 par la société de location Aviation Lease and Finance Company (Alafco), basée au Koweït.

(…) La compagnie de Dubaï à bas coûts Flydubai a annoncé avoir passé commande pour 175 Boeing 737 MAX et pris une option pour 50 appareils supplémentaires.

Mon commentaire : Les énormes commandes enregistrées au salon de Dubaï par Airbus et Boeing sont caractéristiques des évolutions du marché du transport aérien. Elles sont essentiellement passées par des loueurs pour des avions destinés à des compagnies low-cost.

> Emirates réclame des engagements à Airbus sur la production future de l’A380

(source Agefi-Dow Jones) 14 novembre – Après avoir renoncé à passer une importante commande d’A380 auprès d’Airbus , la compagnie aérienne Emirates Airline a accentué la pression sur le constructeur aéronautique européen mardi en lui demandant de s’engager à fabriquer l’avion déficitaire pendant encore au moins une décennie avant qu’elle n’en achète davantage.

(…) Emirates est le plus important client de l’A380, avec 100 appareils en service et 42 autres déjà en commande. Une commande supplémentaire portant sur plus de 30 exemplaires du très gros porteur était escomptée, pour un montant d’environ 15 milliards de dollars aux prix catalogue.

Tim Clark a affirmé s’attendre à ce qu’Airbus prenne les engagements souhaités au sujet de l’A380. A défaut, Emirates recevra tout de même des A380 au-delà de 2022 sur la base des commandes déjà passées. Si ce programme prenait fin, « ce serait dommage », a-t-il jugé.

(…) Emirates pourrait à la place acheter davantage de Boeing 777X, a poursuivi Tim Clark. La compagnie devrait recevoir le premier de ces appareils en 2020. Emirates a déjà commandé 150 exemplaires de l’appareil, lancé officiellement par Boeing (BA) au salon de Dubaï voilà quatre ans.

La balle est dans le camp d’Airbus, a souligné Tim Clark.

Mon commentaire : L’A380 est un avion qui n’a pas trouvé son marché. Seule Emirates semble en faire un usage commercial adapté. Elle en exploite déjà une centaine, c’est à dire plus que tous les autres propriétaires réunis. L’arrêt de la fabrication de L’A380, signifierait que cet avion n’est pas désirable et ruinerait le marché de l’occasion. Or Emirates en serait fortement pénalisé au moment du renouvellement de sa flotte. Par ailleurs, elle attend du constructeur européen, une version « néo » plus performante.

> Tarmac Aerosave reçoit à Tarbes son premier A380 en stockage

(source L’Aérien) 15 novembre – La société Tarmac Aerosave a réceptionné lundi son premier Airbus A380 en stockage sur son site de Tarbes, qui a dû être réaménagé pour accueillir le super Jumbo.

(…) L’appareil est la propriété du loueur allemand Dr Peters. Il était jusqu’alors opéré par Singapore Airlines, qui renouvelle sa flotte d’A380 dont elle fut la compagnie de lancement. (…)

Tarmac Aerosave dispose déjà sur ses différents sites en France et en Espagne d’une capacité de près de 300 avions stockés simultanément. (…) Des travaux d’extension ont débuté sur ses parkings de Tarbes début 2017. (…)

Avec la création de ces parkings pour très gros porteurs, Tarmac Aerosave compte maintenir sa position de premier site de stockage européen. Ce métier représente 80% de son activité, aux côtés de la maintenance et du démantèlement.

Filiale d’Airbus, Safran et Suez (…) le groupe ouvre un troisième site de stockage et de maintenance à Toulouse-Francazal pouvant accueillir jusqu’à 25 avions régionaux et monocouloirs.

Mon commentaire : Tarmac Aerosave a reçu à Tarbes le premier A380 dont Singapore Airlines vient de se défaire. Alors que la durée de vie d’un avion est supérieure à 20 ans, celui-ci n’a que dix ans et n’a toujours pas trouvé de repreneur. Une nouvelle confirmation de la difficulté pour les compagnies aériennes de rentabiliser ce quadri-réacteur.

La Presse Boursière…

> Air France KLM n’a pas encore atteint son altitude de croisière, selon Natixis

(source Boursier com) 15 novembre – Malgré la hausse affichée par le titre Air France KLM depuis plusieurs trimestres, il reste du potentiel boursier, estime le bureau d’études Natixis (…). L’équipe de recherche juge que certains atouts de moyen terme ne sont pas encore valorisés par le marché, à savoir l’exposition à l’Amérique latine et à l’Afrique, le développement de Joon et Transavia et par-dessus tout la division maintenance.

Si les deux premiers leviers sont assez consensuels, il est intéressant de se pencher sur le troisième, méconnu. Pour l’analyste Kathleen Gailliot, la division « MRO » est le « joyau de la couronne », un clin d’œil au logo de KLM. Air France Industries KLM Engineering & Maintenance atténue la cyclicité de l’activité et dispose d’une visibilité record avec 5 ans d’activité en carnet, sur un segment qui ne cesse de croître et dont la rentabilité est solide. En 2016, cette division n’a représenté que 7% du chiffre d’affaires du groupe, mais 23% de son résultat opérationnel. L’analyste valorise la division en « standalone » 6,3 milliards d’euros, soit le tiers de la valeur d’entreprise actuelle. (…)

Mon commentaire : Natixis gère les fonds Majoractions, Aeropelican et Concorde regroupant plus de 30000 porteurs de parts, salariés ou retraités d’Air France. Je suis membre du conseil de surveillance du fonds Aeropelican, en charge du suivi de sa gestion par Natixis. Ils sont bien placés pour apprécier le rôle important de la division Maintenance au sein du groupe AF-KLM. 

Fin de la revue de presse

> Mon commentaire sur l’évolution du cours de l’action Air France-KLM

L’action Air France-KLM est à 11,43 euros en clôture lundi 20 novembre, en hausse de 4% depuis lundi 13 novembre.

La moyenne des objectifs de cours (le consensus) des analystes pour l’action AF-KLM est de 15,29 euros.

Le baril de pétrole Brent (mer du nord) est stable à 62$.

Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter des actions Air France-KLM.

Vous pouvez réagir à cette revue de presse ou bien me communiquer toute information ou réflexion me permettant de mieux conduire ma fonction d’administrateur du groupe Air France-KLM.

Vous pouvez me poser, par retour, toute question relative au groupe Air France-KLM ou à l’actionnariat salarié…

A bientôt.

Pour retrouver les dernières revues de presse du lundi, c’est ici

 

Si vous appréciez cette revue de presse, faites la circuler.

Les nouveaux lecteurs pourront la recevoir en me communiquant l’adresse email de leur choix.

| François Robardet

Administrateur Air France-KLM représentant les salariés actionnaires PS et PNC

Lettre rédigée avec la collaboration de Christian Magne

Cette revue de presse traite de sujets liés à l’actionnariat d’Air France-KLM.

Si vous ne voulez plus recevoir cette lettre/revue de presse, cliquez ici et précisez votre demande : désabonnement.

Si vous préférez recevoir la revue de presse sur une autre adresse, merci de me l’indiquer.

Pour me joindre : message pour François Robardet. 10418 personnes reçoivent cette revue de presse en direct