Lettre de l’Administrateur Air France-KLM
François Robardet Représentant des salariés actionnaires PS et PNC

12 juin 2018

La menace d’une nouvelle grève secoue de nouveau Air France

(source Boursier com) 11 juin – Tandis qu’une nouvelle grève se profile à l’horizon chez Air France, depuis le 15 mai, Anne-Marie Couderc, la nouvelle présidente du groupe aérien, a rencontré l’ensemble des représentants des organisations syndicales d’Air France « afin d’écouter, comprendre et ainsi pouvoir identifier les actions nécessaires. Elle poursuivra ce travail d’écoute auprès des salariés dans les prochaines semaines et partagera les conclusions avec le conseil d’administration d’Air France » précise la direction.

Depuis le début du conflit et jusqu’à ces derniers jours, la direction d’Air France a poursuivi les échanges et rencontres avec les représentants des salariés afin de trouver un compromis et une sortie de crise.

L’intersyndicale a confirmé un nouvel appel à la grève pour les journées du 23, 24, 25 et 26 juin, alors même que des mesures et actions concrètes seront présentées par Anne-Marie Couderc et Franck Terner, Directeur général d’Air France, lors du prochain CCE d’Air France prévu le 14 juin 2018.

« Cette position n’est pas compatible avec l’intérêt collectif et le souci d’avenir de la compagnie » a conclu la direction.

A noter que certains salariés, y compris des pilotes, ont décidé de créer l’association « Tous Air France », et lancé une pétition « Stop à la grève Air France » qui menace l’avenir de la compagnie et l’emploi de l’ensemble de ses salariés. L’initiative est largement relayée sur les réseaux sociaux depuis quelques jours…

Mon commentaire : Le coût des grèves est exorbitant pour le groupe (environ 25 millions par jour) mais l’intersyndicale continue sur son bras de fer avec un nouvel appel à la grève d’une durée de 4 jours, sans attendre ce qu’Anne-Marie Couderc annoncera le 14 juin.

Le taux de grévistes était lors des dernières grèves en dessous de 10% de salariés. C’est pourquoi de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer un arrêt du conflit jusqu’à l’arrivée du nouveau dirigeant du Groupe Air France-KLM.

L’Etat repousse les avances d’Accor

(source BFM Business) 5 juin – Plusieurs sources internes de la compagnie aérienne ont du mal à voir ce que cette dernière pourrait gagner d’une arrivée du groupe hôtelier comme actionnaire de référence. De son côté, l’État veut laisser l’équipe dirigeante prendre la décision.

(…) Le groupe hôtelier a dévoilé lundi ses intentions d’entrer chez Air France KLM, en lieu et place de l’Etat français qui détient 14,3% de son capital. (…) Son PDG, Sébastien Bazin, est prêt à en devenir président ou du moins avoir la main sur la direction de la compagnie. « L’un ne va pas sans l’autre, confie un proche de l’hôtelier. Si l’Etat reste au capital ou si personne ne prend en main le management, cela ne changera rien aux problèmes d’Air France ».

Une ambition qui a été rapidement freinée par le gouvernement. Ce 5 juin, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a affirmé sur LCI que la « la priorité est un nouveau PDG qui pourra définir la stratégie d’entreprise et c’est à l’aune de cette stratégie qu’on pourra apprécier le projet industriel » (…).

Le gouvernement veut donc prendre son temps là où Accor assurait qu’il fallait que l’Etat réponde rapidement à son offre.(…).

Certains craignent qu’Accor ne veuille qu’absorber les données précieuses de ses passagers pour leur vendre des nuits d’hôtel partout dans le monde. La compagnie serait favorable à nouer un partenariat commercial, ajoute un cadre du groupe. Mais pas besoin d’avoir 14% du capital pour cela… ». Un scénario déjà discuté avec les deux précédents PDG, Alexandre de Juniac et Jean-Marc Janaillac, mais qui n’a jamais avancé. (…)

Mon commentaire : Si Sébastien Bazin aspire à diriger Air France-KLM, la logique veut que celui-ci présente sa candidature et son projet de développement devant le comité de nomination, sous contrôle du conseil d’administration. Ce sont les seules instances habilitées à choisir notre futur dirigeant. Elles veilleront à ce que le projet s’inscrive dans la stratégie globale du Groupe.

Il serait alors en concurrence avec d’autres candidats. L’éventuelle présence du groupe AccorHotels dans le capital sera traité indépendamment.

Air France-KLM : le trafic passagers stagne en mai 2018

(source TourMag) 8 juin – Les grèves continuent d’avoir des répercussions durables pour l’activité d’Air France-KLM, alors que les autres compagnies du globe connaissent des croissances soutenues, le Groupe voit son trafic stagner.

En effet en mai 2018, ils étaient 7,251 millions à s’assoir dans les sièges des avions de la flotte Air France-KLM, alors que pour le même mois de l’année avec des ponts moins favorables, 7,250 millions de passagers avaient été enregistrés.

(…) Le taux d’occupation du Groupe est en recul de 0,2 points. Pendant ce temps, la low-cost Transavia poursuit son bonhomme de chemin avec une croissance de +5,8% de son nombre de passagers (1,638 million de personnes).

Concernant Air France et sa filiale régionale Hop!, le taux d’occupation a baissé d’un point (82,5% contre 83,6% en mai 2017). Le trafic passagers s’est lui encore moins bien comporté, en chutant de 1,7% passant de 4,348 millions de personnes transportées à 4,272 en mai 2018.

Alors que les vols long-courriers augmentent sensiblement, les vols court et moyen-courriers ont baissé de 2,8%. Pendant ce temps le trafic passagers de la compagnie KLM a connu une croissance de 2,7%.

Mon commentaire : La compagnie Air France a transporté 70.000 passagers de moins qu’en mai 2017. Si le groupe Air France-KLM a transporté le même nombre de passagers que l’année dernière pour ce même mois, il le doit à ses filiales KLM (+2,7%) et Transavia (+5,8%). 

easyJet : progression du trafic des passagers de 3,7% en mai

(source ZoneBourse) 6 juin – easyJet a transporté 7,79 millions de passagers en mai 2018, un chiffre en hausse de 3,7% par rapport à mai 2017. La compagnie aérienne à bas coûts affiche également un taux de remplissage de ses avions en progrès à 93,3%, à comparer à 91,5% en mai 2017. Dans son communiqué, EasyJet précise que ces chiffres ne prennent pas en compte les passagers de l’aéroport de Tegel. Pour mémoire, mi-décembre, EasyJet avait annoncé l’acquisition des opérations de Air Berlin sur l’aéroport de Berlin Tegel.

Ryanair a annulé 1.100 vols en mai mais son trafic passagers a augmenté de 6%

(source ZoneBourse) 5 juin – Ryanair a annoncé mardi avoir annulé 1.100 vols en mai et demandé « des mesures immédiates de la Commission européenne » pour éviter que d’autres grèves des contrôleurs aériens ne viennent perturber les projets de voyages en Europe cet été.

La compagnie aérienne irlandaise a rappelé qu’elle n’avait annulé que 43 vols en mai 2017.

Le groupe a indiqué avoir transporté 12,5 millions de passagers en mai, soit 6% de plus en un an. Le coefficient de remplissage s’est élevé à 96% le mois dernier, en hausse de 1 point de pourcentage.

Ryanair a souligné que la croissance du trafic passagers résultait d’une baisse des tarifs.

Mon commentaire : En mai, Ryanair a enregistré 6% de passagers supplémentaires. La compagnie irlandaise tire profit de l’arrivée de 40 B737-800 depuis mai 2017, soit l’équivalent de la totalité de la flotte de Transavia France. Elle dispose désormais de 430 avions, répartis sur 83 bases en Europe.

Emirates discute « correspondances » avec easyJet face à Air France

(source La Tribune) 5 juin – Emirates discute avec EasyJet pour pouvoir connecter à Londres, Milan et peut-être Genève, ses vols court-courriers avec ceux de la compagnie du Golfe. Un tel accord permettrait à la compagnie de Dubaï de faire passer via Londres, Milan ou Genève les passagers français qu’elle ne peut transporter au départ de France en raison du refus du gouvernement français de lui accorder des vols supplémentaires.

(…) Les deux compagnies coopèrent déjà. Depuis 2012, les passagers d’Emirates peuvent utiliser leurs miles sur le réseau d’EasyJet.

EasyJet a lancé l’an dernier à Londres-Gatwick un système de correspondances baptisé « Worldwide by EasyJet connect », lequel permet de proposer des vols long-courriers en correspondance incluant deux prestations : son vol d’acheminement vers l’aéroport en question et le vol long-courrier d’une compagnie partenaire. À Gatwick ce système s’est greffé sur le produit déjà existant « Gatwick Connect », qui prend en charge la correspondance du passager et de ses bagages. L’aéroport de Milan-Malpensa organise lui aussi de telles correspondances.

(…) Même si Tim Clark ne l’a pas mentionnée, l’alimentation des vols long-courriers d’Emirates par EasyJet pourrait très bien concerner Paris, non pas pour attirer des passagers supplémentaires puisque les vols sont bien remplis, mais pour offrir aux passagers d’Emirates de certaines villes régionales françaises une alternative à Air France pour l’acheminement des passagers vers Roissy-Charles de-Gaulle. Pas au départ de Nice, ni de Lyon qui sont reliés à Dubaï par un vol sans escale, mais au départ de Toulouse, par exemple.

(…) Pour autant, cette solution a ses limites et ne règle en rien les besoins de vols supplémentaires d’Emirates en France.

« Nous avons besoin de plus de capacité en France. Nous demandons au gouvernement français plus de vols à Paris,  nos trois vols quotidiens sont remplis à 95%, mais aussi de pouvoir passer de 6 à 7 vols par semaine à Lyon », a indiqué à La Tribune Tim Clark en aparté, en rappelant que la compagnie de Dubai assurait 17 vols par jour au Royaume-Uni.

Déplorant le lobbying d’Air France auprès du gouvernement français, Tim Clark estime que l’État français devrait sortir du capital d’Air France-KLM.

(…) Bloquée pendant le quinquennat de François Hollande pour laisser le temps à Air France de se redresser, Emirates n’a pas eu plus de vols, depuis le retour aux bénéfices de la compagnie française il y a trois ans. Le gouvernement français reste sur une position dure et n’accordera pas de vols supplémentaires aux compagnies du Golfe tant qu’un cadre garantissant une concurrence équitable ne sera pas cré. À l’initiative de la France et de l’Allemagne, les pays membres de l’UE ont donné mandat à la Commission pour négocier un accord de ciel ouvert avec les pays du Golfe en contrepartie de clauses garantissant une concurrence dite loyale. Si le Qatar a accepté de négocier, les Emirats arabes unis ont refusé. (…)

Mon commentaire : La France a accordé moins de droits de trafic aux compagnies du Golfe que le Royaume-Uni, l’Allemagne ou les Etats-Unis. C’est une des raisons qui pousse Emirates à tenter de mettre en place un système de correspondances avec easyJet. Elle proposerait aux passagers français de rallier l’Asie, par exemple, via une escale européenne desservie par easyJet. Mais il faudrait un prix global du parcours très attractif pour que le passager accepte deux correspondances pour se rendre à destination.

L’aéroport de Londres-Heathrow en piste pour un développement historique

(source La Tribune) 6 juin – Après des décennies de tergiversations, le gouvernement britannique a donné son feu vert à la construction d’une troisième piste sur l’aéroport de Londres-Heathrow, saturé depuis des années.

(…) Cette troisième piste sera la première à être construite dans l’agglomération de Londres en 70 ans. Elle sera financée par le secteur privé et non par l’État britannique. La facture est salée. Avec les expropriations, la construction de parkings…, le coût du chantier s’élèvera à 14 milliards de livres (16 milliards d’euros). Aéroport le plus cher d’Europe loin devant, Heathrow risque donc de voir ses redevances augmenter pour le financer.

(…) Cette nouvelle piste devrait ainsi permettre d’augmenter de 260.000 le nombre mouvements annuel (décollages, atterrissages) et d’accueillir un trafic de 135 millions de passagers par an. En 2017, Heathrow a enregistré 474.000 mouvements d’avions. Ce qui est énorme avec une capacité de deux pistes. À titre de comparaison, Roissy et ses 4 pistes a enregistré 475.000 mouvements.

(…) Cette annonce constitue (…) une mauvaise nouvelle pour British Airways. Solidement installée à l’aéroport de Londres-Heathrow et relativement protégée de la concurrence par la saturation dont souffre cet aéroport depuis plus de 20 ans, la compagnie britannique doit d’ores et déjà se préparer à affronter, d’ici à une dizaine d’années, une concurrence beaucoup plus vive.

Mon commentaire : Une troisième piste à Heathrow est-ce un avantage ou une menace pour British Airways ? L’auteur de l’article présente le risque lié à l’extension de la concurrence. Mais, on peut aussi constater que la compagnie anglaise est bridée dans son développement depuis des décennies ce qui la conduit à utiliser de gros avions. Avec de nouvelles perspectives de développement, elle nous ferait un peu d’ombre pour les passagers en correspondance, sauf si Virgin d’ici là, devenait notre partenaire.

Quel est le classement mondial des compagnies aériennes et des aéroports ?

(source Europe1) 7 juin – Commençons par les compagnies. Qatar Airways est la meilleure compagnie du monde, selon AirHelp. C’est le leader mondial de l’indemnisation aérienne. Elle détrône Singapore qui, (…) cette fois, se retrouve quatrième. Si on regarde le reste du podium, on trouve derrière Qatar Airways, l’allemande Lufthansa et une autre compagnie du golfe en l’occurrence Ethiad. Où sont les compagnies françaises ? Assez loin puisque Transavia est 20e et Air France 34e. Parmi les low-cost que l’on utilise pas mal en France, il faut aller regarder également la fin du classement : Vueling est 54e, Ryanair 67e et Easyjet 69.

Comment est fait ce classement ?

AirHelp a regardé la période du 22 décembre 2017 au 20 mars 2018. Ils se sont basés sur le nombre des vols retardés et annulés, des milliers d’avis des usagers et une analyse des avis sur les réseaux sociaux. (…) Ils ont regardé 72 compagnies dans le monde et 141 aéroports.

Quel est le classement pour les aéroports ?

On peut avoir une bonne compagnie et un bon aéroport. C’est en effet l’aéroport de Doha au Qatar qui arrive premier. Le second est plus étonnant parce que c’est celui d’Athènes en Grèce, devant Tokyo Haneda au Japon. Pour les aéroports français, il faut aller regarder loin, loin, très loin. Mulhouse Bale est 85e, Toulouse 94e, Charles de Gaulle 128ème, Orly est à la 138e place et Lyon 139e. Pour les aéroports parisiens, le gros point noir c’est la ponctualité. L’image sur les réseaux sociaux n’est pas bonne non plus. Chez Paris Aéroport, on estime que ces différents classements (…) sont des thermomètres qu’il faut prendre en compte malgré leurs imperfections. (…) Paris espère bien combler son retard (…). Par exemple, de gros investissements ont été faits pour que les bagages arrivent plus vite. Il faudra au moins cela pour remonter au classement.

Mon commentaire : KLM (11ème dans ce classement) et Air France (34ème) s’en sortent bien mieux que leurs aéroports principaux. Schiphol est le 44ème aéroport, alors que les aéroports parisiens sont tout à fait en queue de classement.

Les privatisations d’ADP et Française des Jeux en bonne voie

(source Les Échos) 10 juin – Enfin la fumée blanche ? Après avoir longtemps hésité, le gouvernement est désormais dans les starting-blocks pour lancer le programme de privatisations d’ADP (ex Aéroports de Paris) et de la Française des Jeux (FDJ). Selon nos informations, le texte juridique devant permettre la vente de ces participations publiques a enfin été finalisé, et le Conseil d’État est en train de l’examiner. (…)

Cela n’avait rien d’évident il y a deux semaines à peine. Fin mai, le projet de loi Pacte avait été bouclé sans son volet le plus sensible politiquement consacré aux privatisations. Cela tenait notamment à des difficultés techniques à résoudre. Pour ADP comme pour FDJ, il s’agissait de « bétonner » les conditions de régulation, pour éviter que la vente de ces « bijoux de famille » ne donne matière à polémique. C’était particulièrement compliqué pour ADP, puisque l’exploitant des aéroports de Roissy-Charles De Gaulle et Orly est propriétaire de son foncier au contraire des aéroports régionaux, et l’Etat ne souhaite pas y renoncer. D’où la solution de la création d’une société concessionnaire longue durée, qu’il fallait élaborer.

Selon nos informations, tout ce travail préparatoire aurait bien été mené pour ADP. Le texte ayant vocation à figurer dans le projet Pacte précise les conditions de régulation de l’exploitant des aéroports parisiens. (…)

Mon commentaire : Le gouvernement semble décidé à privatiser ADP. Pour éviter que cela ne se fasse au détriment des compagnies aériennes françaises, l’État français pourrait revoir le niveau de rentabilité des redevances aéroportuaires qu’il exige. Entre Schiphol et Roissy cela va du simple au double.

La Presse Boursière

AIR FRANCE-KLM : Exane BNP Paribas reste Neutre

(source Zone Bourse) 7 juin – Exane BNP Paribas abaisse son objectif de cours de 32% à 7,50 euros sur le titre Air France-KLM, tout en réitérant son opinion Neutre, préférant reste à l’écart dans l’attente d’avancées dans la résolution du conflit salarial en cours. Le bureau d’études estime que les marques d’intérêts d’Accor concernant une prise de participation ne change pas grand chose à cet état de fait. Cette opération pourrait néanmoins accélérer le retrait de l’Etat français et renforcer l’attractivité du titre.

Au final, si la nouvelle direction par intérim devait trouver un accord de long terme avec les salariés, le titre pourrait grandement en bénéficier.

Fin de la revue de presse

Mon commentaire sur l’évolution du cours de l’action Air France-KLM

L’action Air France-KLM est à 6,782 euros en clôture lundi 11 juin. Elle perd 7,9% en une semaine. C’est son plus bas cours depuis février 2017.

La moyenne (le consensus) des analystes pour l’action AF-KLM se situe à 10,22 euros.

Le baril de pétrole Brent (mer du nord) est à 77$.

Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter des actions Air France-KLM.

Vous pouvez réagir à cette revue de presse ou bien me communiquer toute information ou réflexion me permettant de mieux conduire ma fonction d’administrateur du groupe Air France-KLM.

Vous pouvez me poser, par retour, toute question relative au groupe Air France-KLM ou à l’actionnariat salarié…

A bientôt.

Pour retrouver les dernières revues de presse du lundi, c’est ici

Si vous appréciez cette revue de presse, faites la circuler.

Les nouveaux lecteurs pourront la recevoir en me communiquant l’adresse email de leur choix.

| François Robardet

Administrateur Air France-KLM représentant les salariés actionnaires PS et PNC

Lettre rédigée avec la collaboration de Christian Magne

Cette revue de presse traite de sujets liés à l’actionnariat d’Air France-KLM.

Si vous ne voulez plus recevoir cette lettre/revue de presse, cliquez ici et précisez votre demande : désabonnement.

Si vous préférez recevoir la revue de presse sur une autre adresse, merci de me l’indiquer.

Pour me joindre : message pour François Robardet. 10418 personnes reçoivent cette revue de presse en direct