NAO
Quelques repères :

AI :
Augmentations Individuelles qui comprennent l’ancienneté pour les non cadres, les promotions et les AIP.

AIP :
Augmentations Individuelles de Performance liées à l’EAP.

Valeur du point AF :
6.65057€

AG :
Augmentation Générale versée à tous les salariés soit sous forme d’augmentation en % de la valeur du point, soit sous forme de prime.

Promotion :
Passage à un emploi dont le niveau de classification est supérieur.

Historique 2016 :
Près de 80% des salariés non cadres et 90% des cadres ont eu un EAP « atteint » ou « dépassé »

A l’issue de la dernière réunion de négociation, voici les  propositions de la Direction soumises à signature d’un accord :

Rémunération minimale annuelle garantie pour 2017 : Elle était de 22 750€ en 2016 et est revalorisée de 250€, ce qui la porte à 23 000€ pour 2017.

Enveloppe globale d’Augmentations Individuelles pour le personnel au sol : Elle était de 1.4% en 2016 et est augmentée à hauteur de 2.1%. Les promotions et l’ancienneté seront mutualisées avant ventilation de  l’enveloppe d’AIP dans les différents secteurs.

Augmentation minimale de 0.8% (non cadres) et 1 % (cadres) pour les EAP « partiellement atteint ».

Revalorisation des minimas de plage N4 et N5 : les niveaux de classifications N4 et N5 seront revalorisés de +4 points au 1er juillet 2017 et respectivement portés à 300 et 324 points.

Egalité professionnelle Femme/Homme : Une provision destinée à financer les mesures d’égalisation salariale entre les Femmes et les Hommes est reconduite. Cette enveloppe vient en complément de l’enveloppe de 2.1%.

Prime Uniforme Annuelle : La PUA d’un montant de 1400€ sera versée le 15 juin.

A défaut d’accord valide, la Direction ne sera pas tenue par ces dernières propositions et prendra unilatéralement des mesures salariales moins favorables.

 

La CFDT a toujours abordé les NAO avec la volonté de rechercher par la contractualisation des accords sur la politique salariale de l’entreprise. Malgré cette volonté affichée, les années  2012 – 2013 – 2014 – 2015 s’étaient soldées par des constats de désaccords.

En 2016, malgré la faiblesse de l’enveloppe des AI pour le Personnel au Sol, l’octroi d’une mesure sur la base de primes exceptionnelles de 300€ pour les non Cadres PS-PNC et 400€ pour les Cadres PS-PNC avait amené notre organisation à apposer sa signature à l’accord salarial.

Cette année, comme depuis 2012, la Direction générale a décidé de ne pas attribuer d’augmentation générale. Pour les mêmes raisons, elle a également refusé d’augmenter la PUA.

Pour mémoire, les AG concernent tous les salariés de l’Entreprise, PS/PNC/PNT, non cadres et cadres. A l’inverse, la négociation de l’enveloppe des AI ne concerne que le Personnel au Sol, les PN ayant des règles spécifiques négociées dans leurs accords collectifs respectifs (échelon, classe, etc…).

Nous nous félicitons qu’en 2017 l’enveloppe de 2,1% dédiée aux AI des Personnels au Sol revienne au même niveau que l’augmentation de la masse salariale en vigueur chez les PNC.

Pour autant, la CFDT, qui avait demandé des AG, alerte la Direction sur la nécessité absolue de revenir dès 2018 à une politique salariale intégrant des AG et des AI.

La CFDT n’en fait pas mystère, elle privilégie la voie de la négociation qui est la recherche du meilleur compromis entre les positions évidemment divergentes de la Direction et celles des Organisations Syndicales.

Nous réaffirmons notre préférence à l’expression des AIP en euros :

A performance individuelle égale, sur un même niveau de classification, gratification égale !

Cette position CFDT n’a malheureusement pas trouvée d’écho auprès de la Direction et des autres organisations syndicales, mais la CFDT y reviendra lors des prochaines NAO.

Nous sommes tenaces !

Pendant toute la durée des négociations, nous avons mis l’accent sur plusieurs items :

  • L’absence d’augmentations générales accentue le climat de défiance et de lassitude. Ce choix de la Direction, malgré une inflation qui repart à la hausse, pourrait amener certains salariés à perdre du pouvoir d’achat. C’est pourquoi la CFDT a demandé et obtenu une valeur minimale de 0.8% pour les non cadres et 1% pour les cadres pour un EAP « partiellement atteint ». Cette mesure permettra de garantir le pouvoir d’achat de la quasi-totalité des salariés.
  • Le calendrier de négociation n’est plus en adéquation avec la politique salariale voulue par l’entreprise. La CFDT demande qu’il soit revu dès 2018 pour permettre aux managers d’avoir une visibilité sur le montant de l’enveloppe et être plus transparents avec leurs collaborateurs au moment des EAP.
  • La mutualisation de l’enveloppe ancienneté pour les non cadres et des enveloppes promotions non cadres et cadres, demandée par la CFDT, permet de garantir la même hauteur d’enveloppe d’AIP à chaque secteur de l’Entreprise.

 

Sans triomphalisme, mais avec l’ambition affirmée d’être concrètement utile aux salariés d’air France, nous pensons qu’un accord à 2,1% pour les Personnels au Sol vaut mieux que des mesures unilatérales moins-disantes.

Après consultation de ses instances et avis favorable, la CFDT prend donc ses responsabilités et signe l’accord salarial 2017.