Depuis 1991 notre organisation syndicale manifeste une implication majeure en faveur de l’insertion sociale et professionnelle des personnes en situation de handicap.
L’obligation légale du taux de 6% de salariés en situation de handicap devrait, à Air France, être dépassée en 2018. Nous nous en félicitons.
Pour autant, l’atteinte des 6% nous oblige à l’excellence pour nous maintenir, voire dépasser ce taux d’emploi. La CFDT revendique la continuation d’une politique sociale ambitieuse et volontariste en matière de handicap.
Pour cela, il est indispensable de prévoir des embauches, évidemment, mais aussi de maintenir la démarche de recours à des prestataires issus du milieu protégé, ESAT et E.A (établissement et services d’aide par le travail et entreprise adaptée). Cette démarche solidaire, permet aux personnes les plus éloignées de l’emploi « traditionnel » d’avoir une activité professionnelle et une vie sociale. C’est une démarche citoyenne auquel la CFDT est très attentive.
Le budget de l’accord, que nous ne voulons pas voir diminuer, devra prioritairement accompagner les actions de maintien dans l’emploi (aménagements de poste, bilan de compétence, formation, transport etc…) et la prise en compte des effets des transformations de l’Entreprise, notamment digitales.
A ce titre, nous demandons qu’une étude sérieuse soit lancée dès les premiers mois de l’accord sur l’impact de la transformation numérique dans les différents métiers/emploi pour lesquels sont recrutées les personnes en situation de handicap.
La CFDT souhaite, comme par le passé, un budget complémentaire pour des projets sur l’insertion sociale et professionnelle portés par des salariés d’Air France.
La CFDT revendique le maintien des dispositifs d’aide au transport pour les salariés les plus lourdement touchés par le handicap, qui permet non seulement l’insertion professionnelle mais aussi l’insertion sociale que représente le travail en milieu « ordinaire ».
Nous proposons d’insérer dans le nouvel accord un dispositif permettant aux salariés dont le handicap nécessite un temps partiel de pouvoir bénéficier de la possibilité de cotiser sur la base d’un salaire à temps plein reconstitué.

Une solution doit être trouvée rapidement pour les salariés en Invalidité 2ème catégorie, pour qui la prise en charge de la part Mutuelle employeur s’arrête. Ces salariés touchés par une invalidité font toujours partie des effectifs et participent à l’atteinte des 6%. Pour la CFDT, cette décision inique, qui surajoute à la souffrance de nos collègues doit être corrigée.
La CFDT demande que la situation des PN en perte de licence soit sérieusement prise en compte, tant sur les moyens mis en oeuvre que leurs résultats. Trop de nos collègues confrontés à ce genre de situation se retrouvent sans réelle affectation. Cette « pérennisation de la précarité » dans l’entreprise génère inévitablement des situations de stress et de déstabilisation.

L’ensemble des dispositifs que contiendra ce nouvel accord ne pourra être mis en application que si l’entreprise maintien au niveau central un service dédié à la politique d’insertion.

Vous avez été nombreux à nous faire remonter vos difficultés. Afin d’améliorer encore les échanges et l’implication des différents acteurs de l’insertion, la CFDT demande une étude qualitative des actions de communication interne et externe sur la politique d’emploi des personnes en situation de handicap.
Il convient de maintenir un haut niveau de sensibilisation des acteurs et des salariés de l’entreprise, à tous les niveaux de la chaine hiérarchique, en ne se limitant pas aux actions de la SEEPH (Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées).
La CFDT est un acteur important pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes en situation de handicap. Bien sûr par la signature de ces différents accords mais également par le relais de nos équipes sur le terrain. Nous savons d’expérience que certaines entreprises ayant atteints le taux de 6% se sont « endormies sur leurs lauriers » et ont vu ce taux retomber plus vite qu’il n’était monté.

La CFDT oeuvre cette fois encore pour que continue le travail engagé depuis plus de 25 ans et que l’attention portée à nos collègues en difficulté reste une priorité de l’Entreprise.
CFDT : un engagement constant, des résultats tangibles

CFDT : un engagement constant, des résultats tangibles

Si vous avez rencontré des difficultés dans l’application des dispositifs prévus par accord, ou si vous avez des propositions d’améliorations:
Rejoignez la CFDT et contactez-nous via notre application.