Commençons par une bonne nouvelle annoncée au CCE du 16 novembre : La Direction Générale nous annonce que la prime d’intéressement 2018 devrait plus que doubler, par rapport à celle de cette année. Les montants exacts et date de versement seront communiqués ultérieurement.

POUR RAPPEL : La CFDT est signataire de cet accord. Une fois de plus, grâce à la négociation, nous avons obtenu que cet intéressement soit mieux disant que le précédent !

En cette période d’EAP, de nouveaux critères tirés du chapeau, apparaissent… Self Boarding, signature de l’Open boarding dans les temps, validation des SOPRA et autres, ressemblent à un flicage sans précédent. Quand bien même en CE, Mr André Masse responsable du projet Marco déclare que cet outil «  n’est pas un outil de flicage » (…) « qu’il n’y a pas de sanction, pour revenir sur la logique des objectifs, quant au nombre donné qui est indicatif », l’escale de TLS ne tient pas compte des préconisations du central. Localement, la Direction nous explique qu’ils font partie des performances individuelles et, à ce titre, font partie des objectifs parmi tous les autres (DBA, Self bording, BLS….) et c’est l’ensemble qui est apprécié lors des EAP ! Nous demanderons en CE que ce sujet soit tranché. En bref, une Direction Toulousaine qui choisit la sanction, plutôt que de valoriser les principes d’autonomie et d’empowerment appliqués dans d’autres Directions de la compagnie.

Malgré la levée de « l’état d’urgence », nous continuons le rapprochement documentaire. D’un point de vue de la sureté, ceci semble un minimum, mais reste néanmoins fort laborieux pour un  Self Boarding à 2 agents et, qui plus est, sur un A321 complet !  Dans d’autres escales AF, telles qu’à CDG, ce type d’embarquement se fait à 3. Une fois de plus, la CFDT déplore qu’il y ait deux poids, deux mesures… C’est pourquoi, nous avons réitéré notre demande de 3 agents sur ce type d’embarquement, ce que la direction refuse. Elle précise que lors de la préparation du vol, il convient de faire sauter tous les warnings pour fluidifier l’embarquement ce qui, à ses dires, se fait communément en cas d’IRG (grève DGAC, IRG, etc…).

Voilà donc, ce à quoi nous sommes réduits, pour faire face à l’attrition du personnel. On supprime les alertes avec la bénédiction de l’entreprise : issues de secours, tarifs typos etc…

Un exemple: Récemment des agents se sont fait incendiés par un équipage, car un passager non habilité  était assis aux issues de secours ! Ne parlons pas des petits ou grands malins, qui prennent des tarifs jeunes ou séniors alors que ce sont de parfaits quadras ! Et que fait-on de la recette?

L’expérience salariée (qualité de vie au travail) pourrait être un moteur sur notre escale et amener à une performance qui permettrait le « gagnant/gagnant » salariés/entreprise. La QVT peut être un levier de compétitivité, le contraire d’un management par la sanction, qui lui ne peut mener qu’à la démotivation et à la résistance.  Nous vous invitons à compléter notre enquête QVT 

Côté pratique : Ouf ! Vu le désastre que cela a été lors des dernières vacances, l’expérience mobil check UM ne sera pas reconduite.

Nous avons également demandé à la direction de faire un rappel des procédures tarif Carte Jeune auprès des autres escales, ceci afin d’éviter de nombreux clashs lors des retours.

CHS : Certes, la Direction est dans son droit en nous imposant des CHS pour des raisons économiques. Mais ce que nous dénonçons, une fois de plus…c’est la manière ! A la question « Pourquoi ne pas le faire en concertation avec l’agent ? » Trop compliqué nous répond la Direction ! Il est pourtant simple de communiquer aux agents concernés que la campagne d’épuration des compteurs va débuter et de leur  proposer un calendrier de jours éligibles,  et comme les périodes coïncident, les inviter à alimenter leur CET.

Nous vous rappelons que la période ouverte pour alimenter  votre  CET est du 1er novembre au 31 décembre. Si vous avez besoin d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

Le chauffage en salle zen et au comptoir vente sont résolus. Reste le CSC où le froid persiste. Une intervention est prévue. Une solution temporaire a été trouvée concernant l’éblouissement : un store va être installé.

Notre demande de rénovation du réfectoire de KP est validée. Le projet est budgétisé. Nous rappelons que la Direction doit répondre au mieux à l’attente des salariés afin de rendre cet endroit convivial et agréable.

Au service bagage : il a fallu attendre presque deux ans pour qu’une étude soit réalisée par un ergonome. Comme c’est étonnant, les 3/4 des préconisations de l’étude  sont  les mêmes que celle que la CFDT formule depuis près de deux ans dans cette instance ! Quel gaspillage de temps et d’argent !

La création d’un faux plafond (total ou partiel) semble compromis, car trop onéreux : entre 130.000 et 150.000 euros ; réponse faite par ATB.

La Direction souhaite au travers des groupes de travail et en comptant sur « l’intelligence collective », limiter le temps de présence au service bagage….nous vous laissons le soin d’imaginer la suite …Attention aux propositions qui pourront être soulevées lors de ces groupes de travail.

Quelques avancées tout de même :

Activités front line : remplacement du tabouret, sécurisation des unités centrales, amélioration de l’éclairage, remplacement des écrans fixes par des réglables…

Back office : revoir l’encombrement des bureaux, revoir les points d’affichage et rajouter des écrans.

Prochaine DP le 15 décembre:
Vos délégués CFDT de l’escale : Yaël Vas, Sophie Barondeau, Aude Francolon, Pascal Garros, Stéphane Cabrera