Lettre de l’Administrateur Air France-KLM
François Robardet Représentant des salariés actionnaires PS et PNC

29 janvier 2018

> Air France prépare un appel d’offres pour renouveler sa flotte

(source L’Opinion) 25 janvier – (…) Cet appel d’offres est destiné à renouveler une partie de la flotte des compagnies HOP, Air France KLM et Transavia, rapporte Air-Journal sur son site. Air France étudiera les propositions des principaux constructeurs, Boeing, Airbus, Embraer et Bombardier, afin d’engendrer « une saine émulation » et réduire au maximum les coûts et l’impact environnemental, a déclaré Jean-Marc Janaillac, le PDG d’Air France (…).

Le nombre d’avions à renouveler est resté secret mais il est clair qu’il s’agit de commandes d’ampleur. « Le cahier des charges sortira au premier trimestre, avec une décision sans doute avant la fin de l’année » a déclaré Jean-Marc Janaillac. (…) Ce renouvellement s’inscrit dans un contexte où des Airbus A340 ont déjà été remplacés par les Boeing 787-9 Dreamliner sur les vols long-courriers, notamment car ils « permettent une réduction de 20% de la consommation ». A partir de 2019, ce sont les Airbus A350-900 qui seront introduits dans la flotte.

Sur ce nouvel appel d’offres, ce sont très probablement l’A320 Neo d’Airbus et le B737 MAX de Boeing qui vont entamer un bras de fer pour les flottes d’Air France, KLM et Transavia. Concernant HOP, Embraer et Bombardier (…) devraient s’opposer, HOP n’ayant pas le droit de faire voler des avions de plus de 110 sièges (…).

Mon commentaireLe renouvellement de la flotte d’Air France-KLM est étudié en lien avec le plan stratégique à 5 ans, annoncé pour le mois de juin 2018. Il concerne principalement le secteur du court et moyen-courrier. Je souhaite que nous puissions nous affranchir dans les années à venir des contraintes actuelles, comme la limitation à 110 places des avions de HOP! et la limitation à 40 avions de la flotte de Transavia France. La réflexion sur la création d’une low-cost long-courrier ne doit pas être négligée.

Des A320 standardisés pour les 5 compagnies du groupe Lufthansa

(source L’Aérien) 29 janvier – Le groupe Lufthansa a décidé de doter de spécifications communes les Airbus de la famille A320 que recevront ses cinq compagnies aériennes à partir de 2019. L’objectif est de faciliter le transfert d’avions entre les compagnies et d’améliorer les synergies lors des achats.

Les A320 et A321 de Lufthansa, Austrian Airlines, Brussels Airlines, Eurowings et Swiss International Airlines disposeront ainsi d’une cabine aux caractéristiques communes. Les sièges, les coffres à bagages, les cloisons séparatrices ou encore les galleys seront identiques dans les cinq flottes.

(…) Le communiqué indique que “l’identité des compagnies aériennes sera préservée par des éléments spécifiques à chaque marque”. Par exemple, les couleurs des housses de sièges varieront selon les compagnies. Les coffres à bagages et les cloisons séparatrices disposeront aussi de petites touches personnalisées.

Outre la cabine, Lufthansa va également standardiser des éléments moins visibles par les passagers, comme les systèmes du poste de pilotage, les équipements de sécurité et les systèmes de chargement des soutes.

Le groupe explique : “à l’avenir, les avions de la famille Airbus A320 seront configurés et normalisés dès le départ afin d’être modifiés en peu de temps et avec peu de travail en cas de transfert entre les compagnies aériennes du groupe Lufthansa. (…) La standardisation entraînera des synergies supplémentaires lors des achats d’avions”.

En tout, les compagnies aériennes du groupe Lufthansa doivent recevoir d’ici 2025 une centaine d’avions neufs de la famille Airbus A320neo.

Le groupe Lufthansa n’est pas le premier à standardiser ses flottes de monocouloirs. International Airlines Group (IAG) équipe les 55 A320neo et A321neo que recevront British Airways et Iberia non seulement des mêmes moteurs (CFM LEAP-1A), mais aussi des mêmes sièges

Mon commentaireLa forte concurrence entre les compagnies aériennes les oblige à évoluer rapidement. Une situation plus facile à gérer pour les compagnies low-cost, souvent mono-produit, que pour les grands groupes européens, composés de plusieurs compagnies agrégées au fil du temps des flottes différentes.

Pour y remédier, le groupe Lufthansa, comme IAG avant lui, met à profit le renouvellement d’une partie de ses avions pour standardiser les flottes de ses différentes filiales

Air France arrête les vérifications d’identité à l’embarquement

(source Europe1) 23 janvier – La compagnie a décidé lundi de lever la vérification de concordance à l’embarquement entre le billet et les papiers d’identité du passagerLa mesure concerne les vols en France et à l’intérieur de l’espace Schengen. (…) La décision, prise par Air France et qui concerne également ses filiales Hop! et Transavia, interpelle forcément, alors que la menace terroriste est toujours présente.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a été le premier à monter au créneau, lundi matin. « Navette Air France de 6h30 entre Paris et Nice : plus de contrôle d’identité. Inacceptable. Je demande le rétablissement pour toutes les compagnies », s’est indigné l’édile sur Twitter.

« Il ne s’agit pas d’un contrôle d’identité« , précise Air France. La compagnie, de son côté, explique que la procédure est obsolète depuis le 1er novembre dernier et la levée de l’état d’urgence. « D’abord, il ne s’agit pas d’un contrôle d’identité » (…). La procédure en question ne vise en effet qu’à vérifier que le nom mentionné sur la carte d’embarquement du passager est bien le même que celui indiqué sur sa carte d’identité.

« La deuxième chose, c’est que les personnes qui se présentent à la porte d’embarquement sont censées être sécurisées, puisqu’elles sont passées à l’inspection-filtrage et qu’elles ont subi les contrôles habituels, c’est-à-dire un contrôle de leur bagage cabine au rayon X et parfois un contrôle d’éventuelles traces d’explosifs. Les personnes qui arrivent à l’embarquement, si tant est qu’elles ne soient pas la bonne personne en possession de la bonne identité, ne constituent pas un problème de sécurité lorsqu’elles montent dans l’avion ».

(…) Mais la mesure inquiète jusqu’au syndicat des pilotes d’Air France (SPAF). « Au moindre souci, on ne pourra pas identifier le passager qui aura utilisé un billet », s’émeut ainsi son président (…).

Mon commentaireEn France, seuls les policiers (de la police nationale) ou gendarmes ayant la qualité d’officiers, agents ou agents adjoints de police judiciaire et, dans certains cas, les douaniers, peuvent effectuer un contrôle d’identité. Les personnels d’Air France peuvent seulement procéder à la vérification de concordance documentaire entre l’identité mentionnée sur la carte d’embarquement et un document attestant de l’identité du passager.

Ce contrôle en porte d’embarquement s’effectuait sur la base de l’article 4 de l’arrêté daté du 26 février 2016, valable uniquement pendant la durée de l’état d’urgence.

La compagnie Air France a désormais le droit de cesser ces contrôles. Néanmoins, la compagnie a précisé que cette mesure pourrait être réintroduite en fonction de la réaction des passagers .

La joint venture entre Safran et Air France Industries monte en puissance

(source Aerobuzz) 23 janvier – Alors que s’ouvre MRO Dubai (23-24 janvier 2018), Aerostructures Middle East Services (AEMS), la co-entreprise à 50-50 entre Air France Industries KLM Engineering & Maintenance et Safran Nacelles, annonce avoir déjà réparés quatorze radomes. (…)

La décision stratégique d’Air France Industries KLM Engineering & Maintenance et de Safran Nacelles de s’implanter au plus près du marché, se révèle payante.

A ce jour, AMES a réparé neuf radômes pour les avions de la famille A320 d’Airbus et cinq pour les Boeing 737. Elle démontre ainsi sa capacité en tant que seul opérateur de maintenance, réparation et révision (MRO) dans la région à développer et commercialiser des services de réparation complets pour ces composants de cellule. (…)

Mon commentaireLe radôme (de radar et dôme) est une coupole protégeant le radar. Il est situé à l’extrémité de la pointe avant de l’appareil.

Air France-KLM serait bien dans la course au rachat d’Alitalia

(source L’Echo Touristique) 22 janvier – Air-France-KLM est-il en pourparlers avec Alitalia ? La semaine dernière, le groupe démentait tout contact entre les deux entreprises. Mais selon un article du Financial Times, il a bel et bien eu des entretiens avec son concurrent pour se lancer dans la course à l’acquisition de la compagnie aérienne italienne en difficulté.

Selon des personnes proches du dossier, les commissaires nommés par Alitalia ont rencontré les dirigeants d’Air France-KLM à Paris, la semaine dernière, pour discuter de l’intérêt du groupe franco-néerlandais à participer au rachat, éventuellement dans une offre conjointe avec EasyJet.

En 2008, Air France avait déjà tenté de racheter la compagnie italienne. Une tentative sabordée par l’opposition politique menée par Silvio Berlusconi. « Je ne pense pas que l’expérience passée de KLM ou d’Air France dans ses relations avec Alitalia nous encourage à répéter l’expérience d’une présence directe en Italie », a déclaré en 2017 Jean-Marc Janaillac, président d’Air France-KLM.

Cependant, il a laissé une marge de manœuvre quand il a déclaré que le groupe franco-néerlandais « surveillerait ce qui se passe » avec les commissaires et « ajusterait notre position en conséquence ».

Mon commentaireAlitalia occupe une place importante dans la Joint Venture transatlantique AF-KLM – Delta – Alitalia. Depuis près d’un an, le Groupe Air France-KLM a rencontré ses administrateurs judiciaires pour aborder le devenir de la compagnie italienne dans la nouvelle Joint Venture transatlantique.

Le maintien d’Alitalia dans cette Joint Venture, comme dans Skyteam, est important pour l’alliance. Il serait remis en question si la survie d’Alitalia était assurée par Lufthansa, qui ne fait pas partie de Skyteam

Wizz Air intéressée par le court et moyen courrier d’Alitalia

(source Reuters) 23 janvier – La compagnie hongroise à bas coûts Wizz Air est intéressée par Alitalia mais seulement pour ses activités sur les liaisons court et moyen-courriers, a déclaré son directeur général Jozsef Varadi à La Repubblica. (…)

> Niki Lauda a proposé 4 millions d’euros de plus qu’IAG pour Niki

(source Zone Bourse) 28 janvier – L’ancien champion du monde de Formule Un Niki Lauda a remporté la mise pour la compagnie aérienne qu’il a créée, Niki, en mettant sur la table quatre millions d’euros de plus qu’IAG, le propriétaire, entre autres, de British Airways, rapporte le journal allemand Bild am Sonntag.

Ce dernier, citant des sources proches des négociations, précise que Niki Lauda a proposé une somme de 30,3 millions d’euros pour racheter le transporteur en faillite ainsi qu’une injection de liquidités de 16,5 millions. (…)

Mon commentaireC’est finalement Niki Lauda, le fondateur de Niki en 2003, qui l’a emporté. L’ex-pilote de Formule 1 s’est engagé sur la réembauche de 1000 salariés et la reprise de 15 avions. La nouvelle compagnie, rebaptisée « Laudamotion », devrait se concentrer sur des destinations touristiques.

Delta et American s’entendent pour transporter leurs passagers cloués au sol

(source Déplacements pros) 28 janvier – (…) Après avoir vu leurs activités fortement perturbées par la neige ou des bugs informatiques ces dernières semaines, Delta Air Lines et American Airlines sont prêtes à se venir mutuellement en aide lorsqu’elles font face à des difficultés de ce type.

Grâce à un nouvel accord en vigueur depuis le 24 janvier, elles peuvent rebooker leurs passagers cloués au sol à cause de la météo ou d’une panne sur les vols de leur consœur. Toutefois, contrairement à un accord interligne, ce dispositif ne permet pas aux agences de réserver des voyages incluant les deux compagnies. L’envoi de clients sur les liaisons de l’autre compagnie est uniquement réalisé en cas de perturbation. (…)

Mon commentaireLe rebooking de passagers sur d’autres compagnies suite à l’annulation d’un vol est un casse-tête pour les commerciaux. Les tarifs appliqués dans ces circonstances sont parfois excessifs. En signant un accord limité à des événements exceptionnels, Delta Airlines et American Airlines limiteront les coûts.

Ethiopian Airlines sera la première compagnie à relier Abidjan à New York

(source africapostnews) 18 janvier – À partir du printemps, la compagnie Ethiopian Airlines assurera la liaison directe entre Abidjan et les États-Unis. C’est la compagnie éthiopienne qui ouvrira cette ligne. (…)

Ethiopian Airlines envisage de d’effectuer trois fois par semaine le trajet Abidjan-New York. Il est possible que l’aéroport de Newark dans le New Jersey soit choisi à la place de l’aéroport John F. Kennedy de New York pour des raisons d’affluence. En effet, le second est beaucoup plus fréquenté que le premier. Des vols qui partiront d’Abidjan en après midi pour rejoindre les États-Unis assez tôt afin de pouvoir prendre des correspondances. (…)

Il est fort probable qu’Air France, partenaire d’Air Côte d’Ivoire et qui est en situation de monopole dans la plupart des pays africains francophones, réagisse en proposant elle aussi d’effectuer ce trajet direct.

Mon commentaireEn avril 2015, l’aéroport d’Abidjan a obtenu la certification américaine TSA, qui permet des vols directs entre la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis. Ethiopian Airlines, une des principales compagnies africaines, est la première à en profiter.

Le Groupe Air France-KLM est très présent en Afrique, à l’est avec KLM, à l’ouest avec Air France. La concurrence d’Etiopian Airlines pourrait faire évoluer nos liaisons Abidjan-Paris-New York. Cela pourrait se faire dans le cadre de la nouvelle Joint Venture transatlantique, en partenariat avec Delta Airlines.

Norwegian va lancer un 2ème vol quotidien entre Paris et New York

(source cnewyork net) 25 janvier – Norwegian double la mise entre Paris et New York ! A partir du 28 février 2018, la compagnie low-cost norvégienne ouvrira un nouveau vol à destination de Newark, au départ de Paris-Orly. Ce vol, qui deviendra quotidien à partir de mars 2018, s’ajoutera au vol quotidien actuellement en place au départ de Paris-CDG.

Pourquoi ce nouveau vol au départ d’Orly ? Norwegian veut tout simplement concurrencer directement les autres low-cost qui vont proposer des vols au départ du deuxième aéroport parisienLa compagnie low-cost danoise Primera Air a effectivement annoncé l’ouverture d’un Orly-New York en mai 2018 et la low-cost espagnole Levellancera ses vols en septembre 2018. (…)

Mon commentaireLa concurrence sur le marché transatlantique est de plus en plus féroce. Outre Norwegian qui effectuera un Orly/New-York en plus du Roissy/New-York, United Airlines vient d’annoncer son intention d’accroitre ses capacités et de diminuer ses tarifs pour lutter contre cette nouvelle concurrence.

Victoire inattendue de Bombardier sur Boeing aux Etats-Unis sur le CSeries

(source Reuters) 29 janvier – La commission du commerce international (ITC) aux Etats-Unis a refusé vendredi d’infliger de lourds droits de douane sur les CSeries de Bombardier vendus à des compagnies américaines, offrant une victoire inattendue au constructeur canadien dans la guerre commerciale engagée par Boeing aux Etats-Unis.

La commission du commerce international (ITC) n’a pas suivi vendredi 26 janvier la recommandation du département du Commerce américain d’infliger pour cinq ans des droits de douane de près de 300% sur les CSeries de Bombardier. L’ITC offre une victoire inattendue au constructeur canadien dans la guerre commerciale engagée par Boeing aux Etats-Unis.

Boeing accuse Bombardier de bénéficier de subventions indues pour vendre ses appareils moyen-courriers aux compagnies aériennes américaines. Une source gouvernementale canadienne avait déclaré jeudi à Reuters que le constructeur s’attendait à subir un revers.

Le groupe canadien a accepté en octobre de céder une participation majoritaire à Airbus dans ce programme d’avion moyen-courrier.

Mon commentaireLa commission du commerce international (ITC) aux Etats-Unis a décidé de ne pas infliger de droits de douane à Bombardier. Cette décision préserve l’avenir commercial des Bombardier CSeries aux Etats-Unis et permet à Delta Air Lines de réceptionner ses CS100 selon le calendrier prévu.

La Presse Boursière…

AIR FRANCE-KLM : JPMorgan ajuste sa cible

(source Agence Option Finance) 24 janvier – JPMorgan révise légèrement à la hausse son objectif de cours de 11,60 à 12,50 euros sur le titre Air France-KLM, tout en maintenant sa recommandation Neutre. Le courtier américain affiche sa préférence pour les compagnies aériennes à bas coûts, à l’image d’easyJet, mieux à même de gérer efficacement leur facture carburant.

Fin de la revue de presse

Mon commentaire sur l’évolution du cours de l’action Air France-KLM

L’action Air France-KLM est à 12,345 euros en clôture lundi 29 janvier, en baisse de 3% depuis son cours du lundi 22 janvier. Cette baisse fait suite à l’annonce par United qu’elle comptait fortement accroître ses capacités et baisser ses tarifs au cours des prochaines années afin de lutter contre les transporteurs à bas coûts.

La moyenne des objectifs de cours (le consensus) des analystes pour l’action AF-KLM se situe à 14,46 euros.

Le baril de pétrole Brent (mer du nord) est quasiment stable depuis le 8 janvier à 69$.

Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter des actions Air France-KLM.

Vous pouvez réagir à cette revue de presse ou bien me communiquer toute information ou réflexion me permettant de mieux conduire ma fonction d’administrateur du groupe Air France-KLM.

 

Vous pouvez me poser, par retour, toute question relative au groupe Air France-KLM ou à l’actionnariat salarié…

A bientôt.

Pour retrouver les dernières revues de presse du lundi, c’est ici

Si vous appréciez cette revue de presse, faites la circuler.

Les nouveaux lecteurs pourront la recevoir en me communiquant l’adresse email de leur choix.

| François Robardet

Administrateur Air France-KLM représentant les salariés actionnaires PS et PNC

Lettre rédigée avec la collaboration de Christian Magne

Cette revue de presse traite de sujets liés à l’actionnariat d’Air France-KLM.

Si vous ne voulez plus recevoir cette lettre/revue de presse, cliquez ici et précisez votre demande : désabonnement.

Si vous préférez recevoir la revue de presse sur une autre adresse, merci de me l’indiquer.

Pour me joindre : message pour François Robardet. 10418 personnes reçoivent cette revue de presse en direct